Patrimoine local


chateau de Mavilly - vue du parcLe  château de « Mandelot








Raconté par Mademoiselle Dromard


Le château de Mandelot vue du parc

C’est en 1929 que les communes de Mavilly et de Mandelot fusionnèrent pour donner naissance à la commune de Mavilly-Mandelot. Mavilly avait son séminaire druidique, et Mandelot avait son château. C’est à une puissante famille de Beaune : les Bataille qui ont donné leur nom à l’une des portes fortifiées de la ville, qu’appartenait le château et de nombreuses fermes et terrains à Mandelot, Mavilly, Laucey, Cussy-la-Colonne, Bouze et une partie de Savigny… Cette famille Bataille s’appellera plus tard par alliance « Bataille de Mandelot ». Après la révolution, ces derniers ayant été chassés de leurs terres, le château fut racheté à l’état par la famille de fermiers qui l’exploitait.

Au cours du 19ième siècle, les ascendants de la famille Bouchard achetèrent le château. Théodore Bouchard, l’un des propriétaires des vins "Bouchard père et fils" avec ses frères, reçoit le château en héritage, d’une de ses tantes, la sœur Agathe Moine, religieuse hospitalière à Beaune.

Celui-ci entreprend de gros travaux de restauration avec sa femme Louise Bréart, dans les années 1870 : le château est refait complètement, un balcon est ajouté, l’eau courante y est amenée de réservoirs dont les trop plein servent à alimenter les abreuvoirs qui étaient accessibles à tous…
chateau 2
Plaque commémorative visible à coté de l’abreuvoir du château

Celui-ci n’a pas de descendance, et cède son château à son frère Antonin qui est l’arrière grand-père de Mademoiselle Dromard. C’est lui qui a planté le cèdre de l’Atlas dans le parc du château entre 1880 et 1900 (il l’a rapporté dans son chapeau !). Jeanne Bouchard, la fille d’Antonin, hérite du domaine du château qui comprend des vignes et des fermes. Celle –ci épouse Raoul Ferrand qui sera pendant de longues années le maire de Mavilly-Mandelot. Ces derniers donnent par héritage le château et les vignes à leur fille Jeanne-Françoise (épouse de Pierre Dromard), et à leur fils Robert les fermes de Mandelot et Laucy. Mademoiselle Dromard, l’actuelle propriétaire, héritera de sa mère du château et des vignes, et de son oncle Robert Ferrand (qui n’avait pas de descendance) la ferme de Mandelot : la ferme de Laucy ayant été vendue auparavant à la famille Jacotot.

A la grande époque du château (de 1890 à 1930), vivaient 5 à 6 familles qui assuraient l’intendance et l’entretien de l’ensemble. La guerre de 1940 a mis un terme à cette période.

L’arrivée des appellations AOC en Bourgogne a mis également fin à cette époque : Théodore Bouchard puis Raoul Ferrand avaient plan tés et exploités 25 hectares de vignes de différents cépages, ce qui correspondait aux attentes de la clientèle, et qui justifiait la taille de l’imposante cuverie qui se situe au centre du Hameau de Mandelot. Pour répondre aux exigences des AOC, il aurait fallu tout replanter pour respecter les nouvelles normes , ce qui représentait un investissement trop important, et ce qui a ramené à l’époque la superficie du vignoble rattaché au château à 6 hectares. (Actuellement elle est de 9 hectares)